Focus

Les bijoux masculins : Conférence à l’Ecole des Arts Joailliers

L'ADN du Luxe ® - Conférence de Claudette JOANNIS Le bijou Homme

Tout d’abord, j’ai eu la chance d’assister à une conférence passionnante. Elle était animée par Claudette JOANNIS, experte en joaillerie qui a écrit de nombreux ouvrages sur le bijou homme. Aussi, le deuxièmes intervenant était Gislain AUCREMANNE professeur à l’École des Arts Joailliers.

 De même, cette soirée avait été organisée par Marie VALLANET, à une date particulière, puisque le 14 février 2012 est la date anniversaire de la création de l’école.

Tout d’abord, on remarque que le bijou homme commence dans l’antiquité, mais il était très peu connu à cette époque. Ainsi, on peut le voir à travers des chaines, colliers, bagues, bracelets et boucles d’oreilles

En deuxième lieu, la thématique est le paon. L’homme se pare de ses riches parures. Puis, au XIXème siècle, on passe du paon au pingouin. C’est l’époque du dandy, il est tout en sobriété : il porte une chaine pour la montre, une canne… Plus tard, vient l’ère du bourgeois, le bijou devient sérieux…

 

On peut ainsi distinguer trois types d’hommes :

 

LE SEIGNEUR

Pour commencer, parlons des maharajas : Ils accumulent les objets d’apparat : les colliers, parures, ceinturons et épées. Sur leurs coiffures on retrouve de nombreux bijoux dont des épingles pour leur turban.

Par ailleurs, dans l’Antiquité égyptienne on retrouve des bracelets, boucles d’oreilles et bracelet de biceps.

Enfin, les bagues des doges de Venise sont une très belle illustration de cette époque.

Par conséquent, qui dit pouvoir dit également richesse, avec tous les symboles qui y sont associés : on parle alors de colliers, de chaines en or et de boutons précieux qui ornent les vestes des seigneurs et des nobles.

Aussi, de nos jours, on retrouve cette tendance avec les rappeurs contemporains qui sont dans l’art de l’accumulation : bijoux, bérets, avec des motifs ou bien des pins animaliers.

Avec le bijou de seigneur, il faut intégrer la notion de récompense :

  •  Par exemple l’épée est décorée et offerte en remerciement. On la retrouvait comme objet d’apparat.
  •  Dans l’univers sportif, il s’agit des médailles. Dans l’antiquité, elle est symbolisée par la couronne chez les grecs. Elle est censée honorée et symboliser certains dieux.

Le bijou honorifique, c’est également les grands ordres : On représente alors un grand collier. 

  • Le plus anciens est la toison d’or. En référence à Jason et aux argonautes.
  • Le collier de l’ordre du St esprit.
  • L’ordre de la jarretière « Honnis soit qui mal y pense ».
  • La légion d’honneur.

Le bijou est aussi le témoin des événements politiques 

  • On fait ici référence aux bagues tombeau des royalistes. Avec une trappe pour recevoir des cheveux.
  • Il y a aussi les anneaux révolutionnaires : bagues masculines avec un corps de bague très large.
  • Le bijou délivré donc un message. Il manifeste une opinion. Un engagement.

Le bijou est enfin le symbole de la spiritualité et des hommes d’églises. 

  • C’est tout l’univers des bijoux des cardinaux, des papes.
  • Les bagues avec Améthyste, les grands colliers en or.

 

LE MARGINAL

Tout d’abord, il y a ceux qui portent des cannes, des monocles, des boucles d’oreille. Dans la vision chrétienne dans l’antiquité : on ne devait jamais se percer le corps. Il s’agit donc d’un tournant dans l’histoire du bijou.

Ainsi, dans les tableaux anciens, le piercing était considéré comme une infamie. C’est comme cela que l’on retrouve les représentations des orques dans les livres ou les toiles. On les reconnait toujours avec leurs piercings innombrables.

Aussi, le bijou du marginal, c’est une façon de décoder les étrangers. D’ailleurs, dans la bible, les rois mages ne viennent t’ils pas avec les coutumes de leur pays, leurs riches turbans, robes et bijoux d’apparats ?

Plus tard, au 16ème siècle, Henri III était considéré comme un marginal et un efféminé. On l’appelle le “demi-femme ». Ensuite, sous l’empire, les grognards portaient des boucles d’oreille.

On peut noter :

  • L’anneau des corsaires en or. Il permet d’améliorer la vue. La Boucle d’oreille est en or car elle une utilité spécifique : elle doit servir à payer les frais d’obsèques, le jour de leur enterrement.
  • L’anneau des artisans : c’est le signe de leur compagnonnage. Il existe un symbole par métier. Les motifs sont bien souvent maçonniques.
  • Les colliers des Saint Simoniens : selon leur devise, le progrès fera une société meilleure.
  • Les bagues. De nos jours, on retrouve cette codification, ces motifs chez les Hells Angels.
  • Pour finir, nous devons parler des bijoux d’attaque. Les bagues agressives. Cette notion d’agressivité se retrouve d’ailleurs dans l’univers du rock n roll. Elles sont issues d’une tradition ancienne. La tradition des momentomories.

 

Les momentomories :

 

A partir du 16ème siècle ils apparaissent afin de rappeler que l’on est mortel. Ils sont très souvent imaginés avec des trappes mystérieuses.

On retrouve cela au XXème siècle dans le monde du spectacle et du show business. L’un des icônes de ce mouvement est l’artiste Liberace avec son côté kitch, exubérant.

 

LE DISCRET :

L’homme discret chic 

Il porte des boutons de manchette. Une Boucle d’oreille s’il est compagnon du devoir et affilié à une loge. La chevalière uniquement s’il possède des armoiries. E pour finir, une canne qui peut être richement décorée de motifs subtils.

Le discret décadent

Il est excessif en tout point. Souvent reconnu chez les Bikers, Hells Angels et star du Rock’n roll.

  • Parmi tout cela, la chevalière et le symbole de la transmission de père en fils. Ceci on le retrouve dans la devise de Pateck Philippe qui utilise ce code de la transmission dans ses campagnes de publicité.
  • Le bracelet existant depuis l’époque médiévale évolue. Le bracelet devient modulable. Parfois, il a une partie détachable comme cela existe dans l’armée. La gourmette apparait afin de pouvoir y graver un prénom. Le bracelet Force 10 de chez Fred est un très bel exemple de cette tendance contemporaine.
  • L’objet utilitaire est modifié afin de pouvoir exister au quotidien. C’est l’apparition du bijou discret pour soi. Le pendentif Chaine, la médaille qui devient un cadeau sentimental. Avec texte gravé personnalisé.
  • Il y a aussi tous les autres objets spéciaux : les boîtes à bijoux, les tabatières, clef de montre….  La plupart du temps, il y a des messages, codifiés, cryptés, que seuls les intéressés peuvent décoder.
  • Souvent le langage est caché. Il peut se retrouver dans les bagues dans des trappes mystérieuses. Il peut s’agir de cheveux. Ils sont souvent utilisés pour témoigner de l’amour ou l’amitié.
  • Fonctions plus pratiques. Les boutons de manchettes. Les épingles de cravate. Elles sont souvent humoristiques.

Pour finir. Les bijoux sont souvent gravés. 

Pour raconter l’histoire du couple. Des souvenirs des étapes de vie. Il est important de noter que bien souvent, ce sont des cadeaux que font les femmes à leurs hommes.

 

Perspectives

Selon les dernières études réalisées récemment

Les hommes n’osent pas porter les bijoux ils n’en portent pas pour des raisons sociales.

Et tous le regrettent. Cependant, tant qu’ils sont en activité, Ils osent le faire pendant les vacances. Ou bien, ils trouvent des prétextes, ils deviennent collectionneurs. Amateurs de bijoux d’occasion.

Il faut attendre l’âge de leur retraite pour que cela change. Ils n’ont plus de métier ni de fonction sociale à jouer. Ils peuvent alors laisser leur personnalité s’exprimer.

Heureusement que les nouvelles générations bouleversent les codes et osent la transgression.

L’histoire n’est que renouvellement

La conférence s’achève avec de nombreuses questions sur ce sujet passionnant.

Concernant l’avenir de ce marché, les nouveaux territoires à aller explorer ? Nous avons notre vision concernant cette question.

Vous vous interrogez sur l’opportunité du développement d’une nouvelle ligne homme pour votre entreprise, L’ADN du Luxe peut vous accompagner…

 

Notre offre de services

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *